«

»

Prophylaxies porcines – 20 juin 2014

Prophylaxies porcines

Une situation départementale toujours très favorable

Sanitaire collectif porcins => En Creuse, les prophylaxies porcines sont programmées en mai. L’ensemble des élevages naisseurs et naisseurs-engraisseurs sont concernés. La situation départementale continue d’être très favorable.

Les prophylaxies en espèce porcine sont essentiellement centrées sur le SDRP (syndrome dysgénésique respiratoire porcin) et la maladie d’Aujeszky. La faune sauvage avec le risque brucellose porcine transmise par les sangliers et le suivi pour la santé publique avec l’éventuelle recombinaison des virus influenza interviennent également dans la gestion sanitaire collective.

La France indemne d’Aujeszky depuis 2008, d’où un allègement des contrôles

L’ensemble de la France continentale est reconnue indemne de maladie d’Aujeszky chez les porcs domestiques depuis le 28 mars 2008. Dans ce cadre, la surveillance sérologique reste nécessaire dans les élevages à fort risque d’introduction ou de diffusion du virus. Le suivi sérologique a été ainsi maintenu dans les élevages plein-air (risque d’introduction par les sangliers sauvages) et les élevages de sélection – multiplication (fort risque de diffusion). Dans les autres élevages, la surveillance sérologique a été supprimée.

Face au risque, un dépistage systématique SDRP avec une réalisation en mai…

Le SDRP est une maladie virale contagieuse surtout par contact direct entre animaux mais également possible par voie aérienne et par la semence. Ce virus exerce un effet immunodépresseur, favorisant l’action d’autres germes pathogènes. Il induit des troubles de la reproduction et l’apparition d’un syndrome grippal notamment en porcherie d’engraissement. Les performances de l’élevage sont altérées sur plusieurs mois. En Creuse, le dépistage est obligatoire sur les reproducteurs dans les élevages naisseurs et naisseurs-engraisseurs. Pour des raisons de praticité et de limitation des coûts d’analyses, les contrôles se réalisent au cours du mois de mai.

… avec une garantie de cheptel SDRP à utiliser avec vigilance et constance

Face à une pathologie pouvant avoir un fort impact économique, une vigilance accrue à l’introduction est fondamentale et doit se baser sur la connaissance du statut du cheptel d’origine. Toutes les zones pouvant fournir des porcelets ne possèdent pas un statut favorable par rapport au SDRP d’où l’importance de n’introduire que des porcelets provenant d’élevages sous apport de garantie. Suite à une contamination d’ateliers engraisseurs à partir d’une station de post-sevrage collectif observée en Auvergne, il a été demandé aux opérateurs commerciaux comme il est recommandé aux éleveurs d’être particulièrement vigilants sur les apports de garantie en matière de SDRP. En Creuse, tous les élevages contrôlés s’avèrent négatifs et bénéficient des attestations d’apport de garantie SDRP, permettant ainsi à nos éleveurs l’accès à toutes les filières commerciales.

Le dépistage Aujeszky reste maintenu dans les élevages plein-air, de sangliers et chez les sélectionneurs multiplicateurs alors qu’il a été supprimé dans les autres élevages hors-sol. Pour des raisons autant sanitaires que commerciales, le dépistage SDRP se poursuit dans tous les élevages naisseurs ou naisseurs engraisseurs.

Les sangliers surveillés vis à vis de la maladie d’Aujeszky et de la brucellose porcine dans le cadre du contrôle sanitaire de la grande faune sauvage

Pour les sangliers, source potentielle de contamination des élevages de porcs en plein-air, le suivi triennal mis en place dans le cadre du contrôle sanitaire de la faune sauvage (cf. article du 30/05/2014) concerne la maladie d’Aujeszky et la brucellose. Pour la maladie d’Aujeszky, après une alerte en 2009/2010, les résultats se sont avérés négatifs cette année comme en 2010/2011. La seule menace identifiée, en Creuse, en matière de contamination par la faune sauvage, a été celle des sangliers avec la brucellose porcine pour les élevages plein-air de truies, d’où la mise en place de mesures spécifiques de protection. Des sérologies brucellose ont été effectuées la campagne dernière. Il en est ressorti un faible taux de positifs de 7 % contre 47 % en 2001/2002, 22 % en 2006/2007 et 23 % en 2009/2010. Cette forte diminution apparente de la circulation de la brucellose porcine chez les sangliers demande à être confirmée ou infirmée lors du contrôle la campagne prochaine.

Une étape de la « sanitaire’ attitude » pour un intérêt individuel et collectif

En Creuse, le maintien de cette situation très favorable passe par un engagement de chacun en matière de maîtrise des risques sanitaires avec pour objectif un bénéfice sanitaire individuel et collectif le meilleur possible, nous permettant de maintenir notre production porcine à un rang satisfaisant dans un contexte difficile. Avec les professionnels regroupés au sein de sa section porcine, GDS Creuse s’investit avec un accompagnement technique (gestion des prophylaxies en relation avec la DDCSPP, attestations SDRP…) et financier (tiers-payant, fonds de solidarité Aujeszky et SDRP…). Pour tout renseignement complémentaire, n’hésitez pas à nous contacter.

Christian PETIT – Dr Didier GUERIN
GDS Creuse

 

imprimer cet article imprimer cet article