«

»

Le parage des bovins – 14 février 2018

Le parage des bovins
Préparez dès maintenant votre mise à l’herbe

Boiteries des bovins : Lever le pied constitue la 1ère étape d’identification des causes des boiteries chez les bovins. S’il s’avère nécessaire, le parage demande à être réalisé suffisamment tôt et en respectant une méthodologie.

Les boiteries représentent la troisième pathologie des bovins. La douleur qu’elles génèrent induit de lourdes pertes économiques : diminution de production, retard de croissance, reproduction retardée, frais vétérinaires, temps passé aux soins, réforme anticipée… Dans 90 % des troubles de l’appareil locomoteur, les affections du pied sont mises en évidence.

Pour améliorer le délai d’intervention souvent trop tardif, savoir détecter les signes d’alerte rapidement en observant vos animaux

La boiterie se diagnostique classiquement quand l’animal se déplace, mais des signes au repos permettent déjà de localiser la lésion : membres postérieurs avec des jarrets resserrés et des pieds qui partent vers l’extérieur, animaux qui se positionnent en écartant systématiquement les pieds, ligne de dos arrondie… De manière générale, plus l’intervention est réalisée tôt, plus elle sera efficace. Le délai moyen d’intervention des éleveurs est de 70 jours pour les boiteries légères et de 20 jours pour les boiteries importantes. C’est évidemment trop, car les lésions deviennent parfois irréversibles et les pertes de production très importantes.

Les pathologies podales des bovins sont nombreuses, avec des causes multiples, seule une bonne connaissance permet de les gérer au mieux.

Lever le pied en toute sécurité

Une fois la décision d’intervenir prise, l’éleveur doit préparer son chantier afin de travailler en sécurité pour lui et son animal. Sur un animal léger et calme, on peut lever le postérieur d’une vache au cornadis avec une sangle et un palan. Mais la cage de contention s’avère nécessaire pour tout animal lourd comme un taureau par exemple, ou si l’on souhaite intervenir sur un nombre important d’animaux.

Le chantier de parage nécessite une organisation :

  1. Placer la cage dans un endroit abrité de la pluie, avec de l’éclairage, de l’électricité et de l’eau. La proximité du reste du troupeau permet de rassurer l’animal sur lequel on intervient.
  2. Identifier les animaux nécessitant une intervention et les isoler.
  3. Agencer le parcours pour que l’accès à la cage semble le plus « naturel » possible. On essayera de rester le plus doux possible avec le bovin, afin de limiter les risques de lésions dans la cage et l’appréhension pour les parages ultérieurs.
  4. Prévoir après l’intervention un lieu avec des surfaces propres à sol meuble.

De plus, gardez à l’esprit que les bovins présentant des traumatismes physiques ou une faiblesse trop importante ne doivent pas subir d’intervention afin d’éviter tout risque lié à la contention.

Effectuer un parage fonctionnel

Le parage fonctionnel doit permettre de rétablir les aplombs et détecter d’éventuelles lésions. Le pareur coupe à la bonne longueur en pince (8 cm entre le bout des poils et la pointe de l’onglon). Ensuite, il intervient au niveau de la sole afin d’enlever l’excès de corne pour obtenir son aplanissement. La dernière étape consiste à reconstituer une sole concave de façon à ce que l’appui ne se fasse que sur la projection de la muraille et en talon. La coupe en pince détermine à peu près la hauteur de corne de la sole à tailler. Un contrôle régulier par pression du pouce évite d’entamer le pododerme. Le talon est respecté au maximum lors de la taille de la sole. Sur les postérieurs, l’onglon externe est souvent déformé. On commence toujours le parage par l’onglon intérieur et on essaye ensuite de reproduire la symétrie sur l’onglon extérieur. Si les lésions observées sont importantes, la pose d’un pansement et d’une talonnette s’impose. Elle sera complétée par une injection d’anti-inflammatoires pour soulager l’animal. L’emploi d’antibiotiques en injection doit être réservé aux cas qui le nécessitent vraiment et ils sont rares sur les pathologies podales : panaris, arthrite de la troisième phalange. Dans la plupart des cas, les soins locaux suffisent. Une formation est nécessaire afin d’apprendre les bases anatomiques, la technique de parage et la reconnaissance des diverses maladies podales. On observe trop de parages agressifs où le bovin ressort plus boiteux qu’il n’était en rentrant. La règle du pareur, c’est Regarder, Tâter, Parer.

Le parage présente d’abord pour but de ramener le pied à des dimensions normales d’où l’intérêt d’avoir une connaissance de l’anatomie du pied des bovins.

Après le parage, surveiller de manière étroite

Lors de sa convalescence, l’animal doit pouvoir progresser sur des surfaces propres où le sol est meuble. Les dalles bétonnées et rugueuses sont donc à proscrire. Pour faciliter la surveillance, une parcelle enherbée à proximité des bâtiments d’élevage permettra à l’animal d’évoluer plus efficacement. Certaines situations nécessitent une attention particulière, une vigilance quant aux recommandations réalisées par le pareur pour le bon rétablissement de l’animal. Tout phénomène anormal est un critère d’alerte à signaler auprès de votre vétérinaire ou du pareur.

Une gestion préventive du troupeau souhaitable

Intervenir sur le pied déformé d’un bovin boitant depuis plusieurs semaines n’est satisfaisant ni pour l’éleveur, ni pour l’animal. L’éleveur peut en amont intervenir sur plusieurs facteurs : réformer les animaux qui génétiquement ont des pieds qui se déforment, veillez à une bonne ration alimentaire afin d’éviter les fourbures, complémenter les animaux en minéraux afin de renforcer la corne, s’assurer que les sols sur lesquels ils se déplacent permettent une usure régulière de la corne. On peut également choisir de lever régulièrement les pieds afin de vérifier l’absence de lésions. Le parage préventif permet de ne pas être confronté à l’urgence et de limiter les conséquences induites (pertes de production) par un animal qui boite. Il a pour but de ramener le pied à des dimensions normales pour équilibrer le poids du corps sur tous les onglons. Il consiste donc à enlever la corne superflue pour redonner au pied son aplomb normal.

Des professionnels pour vous aider à sélectionner les animaux à parer

Des pareurs de Farago Creuse, spécifiquement formés, peuvent vous aider à sélectionner les animaux nécessitant une intervention. Farago Creuse dispose de deux cages hydrauliques nouvelle génération avec des équipements spécifiques : anti-recul, levage des pieds postérieurs et antérieurs. Cela nous permet de réaliser les interventions dans de bonnes conditions tout en veillant au respect du bien-être animal. En 2017, nous sommes intervenus sur plus de 5.000 pieds. Cette activité se répartit sur l’année avec des pics à la mise à l’herbe. Anticiper permet de réduire les délais d’intervention et de réaliser un parage préventif dans les meilleures conditions.

Le parage est une intervention demandant méthodologie et matériel adéquat. Farago Creuse dispose de 2 pareurs spécifiquement formés avec le matériel de contention optimisé pour effectuer des parages préventifs et ainsi prévenir les boiteries des bovins.

Aller plus loin dans la réflexion pour une meilleure prévention lors de problèmes récurrents

Les affections des pieds présentent souvent un caractère collectif et multifactoriel. La résolution d’un problème récurrent passe alors par une investigation globale au niveau de l’élevage pour mieux cerner les facteurs de risque et les moyens à mettre en œuvre pour une lutte et une prévention adéquates. Cela passe par une synergie d’action avec votre pareur, votre vétérinaire et vos techniciens d’élevage (bâtiment, nutrition …). Pour plus de renseignements, vous pouvez consulter le site www.boiteries-des-bovins.fr et n’hésitez pas à nous contacter ou à venir nous rencontrer lors de notre prochaine journée « portes ouvertes » nouvelle formule du 10 mars.

Dr Boris BOUBET – GDS Creuse
Aurélien LEGRAND – Farago Creuse

imprimer cet article imprimer cet article