«

»

Mouvements d’animaux – 23 mai 2018

Etre vigilant pour tout mouvement d’animaux
S’appuyer sur une méthode simple et peu onéreuse

Mouvements d’animaux => La gestion des allers et retours des animaux (introduction, copropriété, retour de pension, de concours ou de marché…), composante essentielle de la biosécurité, reste un axe d’action majeur pour éviter l’entrée de nouvelles maladies dans votre cheptel.

Tout aller ou retour est un facteur majeur de risque de contamination. L’animal arrive ou revient avec son microbisme ; le stress du transport, le contact avec d’autres animaux, le changement d’exploitation et de conditions d’élevage favorisent la réactivation des agents infectieux. Une méthode simple et peu onéreuse permet de gérer vos mouvements sans conséquences néfastes voire catastrophiques pour votre troupeau.

Le non-isolement des bovins introduits peut entraîner des conséquences catastrophiques. Ainsi, en matière d’IBR, de nouveau, un cheptel creusois s’est fortement contaminé avec un bovin qui s’est infecté entre le cheptel vendeur et l’acheteur (passage par un marché et un transport « collectif »). Le schéma peut être identique pour d’autres pathologies spécifiques (BVD…) ou des germes variés de diarrhées ou de grippes.

… avec des aides techniques et financières de GDS Creuse

Lors de tout résultat positif, nous prenons contact avec le vétérinaire sanitaire et l’éleveur pour étudier les actions complémentaires à mettre en place. Nous prenons en charge, avec la participation du Conseil Départemental, le dépistage systématique virologique BVD PCR et 50 % des frais des autres analyses lors de l’utilisation du BGC. Le surcoût analytique se situe ainsi autour d’une quinzaine d’euros à comparer à la valeur du bovin introduit et aux risques sanitaires pour votre élevage.

La vigilance à l’introduction, une composante essentielle de la biosécurité, base de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! »

Les règles administratives concernant les différentes maladies n’ont qu’un objectif, assurer une sécurité pour l’élevage où arrive ou revient l’animal. Ce qui est souvent vécu comme une contrainte n’est en fait que l’application de règles sanitaires visant à protéger votre élevage. C’est à chacun de se les approprier, afin de s’assurer de ne pas introduire de pathologie, en n’oubliant jamais la règle de base, l’isolement. Chaque situation a ses particularités. Cela montre la nécessité d’une discussion spécifique avec votre vétérinaire sanitaire lors de chaque mouvement. Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire sanitaire ou nos services.

Christophe LE MAUX – Dr Boris BOUBET
GDS Creuse

 

 

 

 

imprimer cet article imprimer cet article