«

»

Conseil d’Administration GDS Creuse – 18 juillet 2018

 

CA de GDS Creuse
Des avancées importantes pour le sanitaire collectif

Conseil d’Administration (CA) de GDS Creuse => Ce 05 juillet, GDS Creuse a réuni son CA afin d’élire son bureau et faire le point sur différents dossiers.

Suite à son Assemblée Générale en avril, GDS Creuse a réuni son CA ce 05 juillet. Après l’élection du bureau, le bilan de la campagne de prophylaxie avec un point d’étape sur la finalisation de l’éradication de l’IBR et le début de celle de la BVD et d’autres dossiers ont été étudiés dans le cadre de notre concept « Le sanitaire… j’adhère ! ».

Une élection du bureau de GDS Creuse dans la continuité… un CA à votre écoute !

Le CA est composé de 18 membres à voix délibératives : 12 délégués cantonaux (élus pour trois ans et renouvelés par tiers par les 88 délégués cantonaux lors de l’AG) et 6 représentants de structures (Groupement Technique Vétérinaire, Ordre des Vétérinaires, Syndicat Départemental des Vétérinaires d’Exercice Libéral, Conseil Départemental, Chambre d’Agriculture et Syndicat Départemental des Exploitants Agricoles majoritaire). Chacun est reconduit dans ses fonctions (cf. tableau). Vos administrateurs sont à votre écoute, n’hésitez pas à les solliciter pour toute suggestion ou tout besoin.

Un bon taux de réalisation des prophylaxies avec un rappel à la règlementation puis des sanctions pour les quelques retardataires

Pour les bovins, 2.710 ateliers étaient soumis à prophylaxie pour cette campagne. Après la fin de la campagne (31/05), nous avons contacté 210 éleveurs (7,7 %) et/ou leur vétérinaire sanitaire pour « non-conformité administrative » (non-réalisation, sous-réalisation…). 44 (1,6 %) vont faire l’objet d’un rappel à la règlementation par la DDCSPP pour non-réalisation ou sous-réalisation de leur prophylaxie avec une suspension de leur appellation IBR par GDS Creuse. En cas de persistance de cette situation, un retrait de leurs qualifications et appellation interviendra.

IBR, une 1ère campagne en dessous de 1 % de cheptels positifs, seuil pour la zone épidémiologiquement favorable (ZEF)

L’arrêté ministériel de 2016 ayant pour objet l’éradication de l’IBR continue de porter ses fruits. L’attribution d’un statut IBR à chaque élevage, le renforcement de l’assainissement avec des restrictions à la circulation des bovins issus de cheptels non-indemnes d’IBR nous permettent en cette fin de campagne 2017-2018 de bénéficier d’une situation encore améliorée avec plus de 97 % de cheptels indemnes et surtout moins de 1 % de cheptels positifs (24 cheptels, 0,89 %). Rappelons que le statut de ZEF demande 2 campagnes avec un taux de cheptels positifs inférieur à 1 %, si la campagne 2018-2019 confirme ce bon résultat, pour la campagne 2019-2020, les cheptels « indemnes IBR » pourront maintenir leur appellation IBR par contrôle annuel de 20 % des bovins âgés de plus de 24 mois ou par contrôle annuel du lait de mélange.

BVD, une 1ère campagne de dépistage généralisé…

Pour mémoire, dans le cadre du plan national d’éradication de la BVD avec le prochain arrêté ministériel, cette lutte sera nationale avec un engagement de tous les éleveurs. Dans cet objectif, en juillet 2017, votre CA s’est prononcé pour un plan en 3 phases (cf. illustration). Les points 1 et 2 ont été mis en place cette campagne avec une mutualisation des coûts d’analyses sérologiques et virologiques BVD (introductions, prophylaxies, laitonnes…), des boucles et boutons de prélèvement, des visites pour les plans d’assainissement et des éliminations.

Pour cette 1ère campagne, le plan BVD s’est articulé autour de 3 axes : un statut BVD connu de tout bovin introduit (veaux des femelles introduites gestantes compris), un suivi sérologique, en atelier allaitant, sur les sangs de prophylaxie des 24-48 mois en sérologie de mélange de 20 et en élevage laitier, sur lait de tank, 2 fois par an et la gestion des élevages positifs. L’assainissement des élevages avec circulation virale s’appuie sur la détection des IPI avec prélèvement du cartilage auriculaire sur tous les veaux à la naissance et la connaissance du statut BVD de tous les bovins du cheptel.

… qui montre une situation favorable avec des facteurs de risques à corriger…

Pour les introductions en élevage, la connaissance systématique du statut BVD de tout bovin introduit (dépistage ou attestation non IPI) a été renforcée. Sur la campagne, 10 cheptels ont introduit 25 bovins avec un résultat détecté en PCR BVD soit un taux de positifs à l’introduction de 0,38 %. Pour les femelles introduites gestantes, l’information vous est fournie et à votre vétérinaire. Seuls 15 % des veaux concernés ont été contrôlés, cela constitue un facteur de risque important à corriger.

Les contrôles prophylaxie montrent un taux de séronégatifs de 65 % et, donc, 35 % de séropositifs dont environ 50 % du fait de vaccinations. Chaque élevage a reçu les résultats et un accompagnement a été proposé lors de résultat positif. Seuls 20 % des cheptels identifiés positifs ont contrôlés les laitonnes, d’où une proposition d’adaptation du plan.

… et une adaptation du plan pour la prochaine campagne

En fonction des éléments recueillis lors de cette 1ère campagne, le CA de GDS Creuse a validé les propositions suivantes pour la prochaine campagne :

  • Pour les cheptels avec résultats sérologiques négatifs, poursuite du suivi sérologique.
  • Pour les cheptels avec résultats sérologiques positifs sans vaccination BVD identifiée, boucles de prélèvement du cartilage auriculaire sur tous les veaux à la naissance.
  • Pour les cheptels avec résultats sérologiques positifs avec vaccination BVD identifiée, information en amont des prophylaxies des éleveurs et vétérinaires concernés pour une orientation vers le dépistage des laitonnes au moment des prophylaxies.

Un prochain article détaillera les résultats de cette campagne et les perspectives.

Un passage du Limousin vers la Nouvelle-Aquitaine avec une amplification du multi-espèces

En tant que FRGDS du Limousin, le GRASL, reconnu Organisme à Vocation Sanitaire (OVS) pour le domaine animal est accrédité jusqu’en 2020 suite à l’audit du COFRAC réalisé en 2016 et confirmé en 2017. Avec la modification des régions, le nouvel OVS sera sur la région Nouvelle-Aquitaine, cela demande une harmonisation du fonctionnement des 3 OVS actuels pour la campagne 2018-2019, l’audit COFRAC de l’automne 2019 étant prévu sur ce nouveau périmètre. La FRGDS Nouvelle-Aquitaine, fédération des 12 GDS départementaux, est la nouvelle interlocutrice de la DRAAF et du Conseil régional pour le sanitaire animal. Les sections par espèce (bovine, caprine, ovine, avicole, apicole, aquacole, équine, porcine…) issues des départements ou des anciennes régions ou en construction vont se définir dans ce nouveau cadre.

GDS Creuse, avec « Le sanitaire… j’adhère ! » pour renforcer notre coopération pour un troupeau sain, sûr et rentable

GDS Creuse a fait évoluer son action et continuera à la faire progresser en fonction des modifications des élevages, des besoins des éleveurs et de leur environnement, tout en conservant les bases fondamentales de la lutte collective et sanitaire, indispensables pour sa réussite. D’une lutte contre les maladies contagieuses, nous nous sommes orientés vers notre démarche plus globale, « Le sanitaire… j’adhère ! », permettant un renforcement de notre coopération pour un troupeau sain, sûr et rentable.

Drs Boris BOUBET et Didier GUERIN
GDS Creuse

imprimer cet article imprimer cet article